Fiction - La Nature de Roxane (et autres) ♥

Nouvelle : Mortelle Discussion

Salut ! J’ai écrit une nouvelle, il y a quelques jours, et je souhaitais vous la faire partager. J’espère qu’elle vous plaira. Je suis ouïe à toute critique ;)

~♥~

Mortelle discussion

   La chaise qu’occupait ma grand-mère trônait sagement au milieu de la pièce, comme si sa place se trouvait ici et nulle part ailleurs. Le papier peint défraîchi s’accordait parfaitement avec le parquet ciré et les lourds rideaux pourpre ornés de franges. Le soleil battait contre la vitre, s’obstinant à entrer par flots dans le vieil appartement. Le reflet créait un rectangle déformé sur le sol, et mon aïeule se tenait juste à côté, assise, le dos droit comme un « i » dans son fauteuil.

   C’était la visite du mois. Tous les quatorze, je venais prendre de ses nouvelles. Pourquoi ce jour ? Tout simplement parce que c’était son chiffre fétiche -grande superstitieuse qu’elle était !-. A chaque fois, je lui amenais ses gâteaux préférés : des tartelettes au citron. A chaque fois, je lui faisais la causette pendant des heures. Et elle m’écoutait. Parfois ne plaçant qu’une phrase ou deux dans la discussion, parfois plus, et parfois moins. La plupart du temps, elle restait muette ; elle aimait entendre le son de ma voix, lui conter mes aventures de chercheuse en laboratoire, mes souvenirs d’enfance, mes disputes entre amis. C’était toujours moi qui engageais la conversation.

   Ce jour-là, quand je sonnai à la porte, elle m’autorisa faiblement à entrer. J’enclenchai la serrure et le vitrail céda.

   Comme à son habitude, ma grand-mère se trouvait dans son fauteuil, les mains jointes posées sur ses genoux. De fines rides ceignaient son visage, éparpillées comme des vaguelettes. Il y en avait partout : aux coins des yeux, de sa bouche, sur ses joues et sur la barre qui surplombait les sourcils. Sa peau parcheminée arborait une teinte légèrement mate et de multiples tâches de vieillesse. Ses cheveux sel et cendre étaient attachés à l’aide d’une pince sertie de rubis -authentiques, tenait-elle à préciser-.

   - Bonjour Mamie ! Comment vas-tu ?

   - Bien, mon enfant, murmura-t-elle pauvrement. Qu’as-tu à me raconter de beau, aujourd’hui ?

   Elle me fixait de ses yeux noirs de jais.

   - Au labo nous nous aventurons sur la recherche d’un médicament capable de procurer l’intelligence. Non pas que certaines personnes en aient besoin. Mais les inspecteurs académiques ont constaté qu’il y a une forte baisse dans le niveau scolaire, ce qui entraîne l’affaiblissement des ressources, donc une hausse de chômage. De fortes lacunes sont à prévoir, et ce n’est pas dû simplement au manque d’attention des jeunes. L’éducation y est pour quelque chose, certes, mais il y a aussi une déficience d’intelligence ces vingt dernières années. L’ADN des nouveaux nés est quelque peu sous-développé, alors les lacunes s’entassent comme dans un vieux cagibi abandonné. Bien entendu, le produit n’est pas encore au point, mais ça avance !

   Je jetai un œil intrigué sur mon aïeule. Elle ne répondit rien. Oui, je m’y attendais, mais je pensais tout de même être gratifiée d’un hochement de tête… Je ne m’attardai pas sur le fait, et en retournai à la conversation.

   - Oh ! Et tu te souviens lorsque je n’avais que dix ans et que les frères Peterson me faisaient tourner en bourrique ? Que de souvenirs ! Nous jouions à Colamaïa dans l’arrière-terrain, derrière le jardin de fleurs, au milieu des myosotis, des roses, des pissenlits, puis nous faisions des chasses au trésor sous la grande cabane de bois qu’avait construite Papy. Et je me rappelle aussi nettement de ce jour, lorsque Paul m’a fichu une peur bleue en tombant dans les pommes après avoir sauté de l’arbre. Il voulait jouer à Tarzan, sauter de branche en branche. J’avais le rôle de Jane. Il m’avait même fait grimper au tronc et attrapé ma chaussure, comme dans le dessin-animé ! -je ris- Puis aussi cette nuit où nous avions dormi dans la cabane avec les frères Peterson. Le matin, Caleb avait disparu. Nous avions ratissé tout le terrain, et je creusais même parfois le sol -dans ma naïveté débordante- pour tenter de le retrouver. Je me rappelle avoir versé toutes les larmes de mon corps lorsque j’avais vu la panique qui reflétait dans les yeux de leur mère, à la fin de la journée. Mais le soir, lorsque j’étais retournée me percher dans les arbres, je l’avais trouvé là, assis à cheval sur une branche, plié en deux tellement il riait. J’imagine encore le moment où je lui ai sauté dessus puis secoué comme un prunier pour lui faire comprendre à quel point il m’avait fait peur. Et son frère, Paul, qui lui avait donné une bourrade dans le dos en le félicitant fièrement : « Bien joué, frérot ! ». Je leur en voulait de m’avoir fait un coup pareil. Et leur mère aussi, d’ailleurs ! Elle leur avait interdit de sortir pendant une bonne semaine, si n’était plus. Je ne sais plus très bien. Ah ! Qu’est-ce qu’ils étaient marrants, les frères Peterson !

   Je me remémorais encore ces merveilleux moments passés en compagnie de mes meilleurs amis, oubliant presque que j’étais devant ma grand-mère. Je me ressaisis et lui jetait un regard plus intrigué que le premier. De coutume, elle riait à l’évocation de mes souvenirs d’enfance. Mais jour-ci, rien. Elle était toujours dans la même position depuis mon arrivée, à part sa tête qu’elle avait calée sur le dossier. Elle me regardait de ses petits yeux ridés et ne semblait pas me voir. Le noir corbeau de ses iris se confondait avec ses pupilles. Ils étaient vitreux.

   - Mamie ?

   Je lui touchai la joue : elle était froide. Affolée, je lui pris le poignet, mais son pouls ne battait plus. Ma grand-mère était morte.

2 Réponses à “Nouvelle : Mortelle Discussion”

  1. Le 27 août 2014 à 19 h 14 min LSGI a répondu avec... #

    Salut !!
    Pas mal ton histoire. Au départ je m’attendais à ce que ce soit deux personnes en plein ennuie qui ne savaient pas quoi dire.
    Mais finalement j’suis contente de ce récit (bien qu’un peu déprimant)
    J’aimerais quand même savoir : est-ce que la fille va culpabiliser de n’avoir rien vu et d’avoir continuer à parler ? Ou va-t-elle se dire que c’est en écoutant sa voix que sa grand-mère est morte et donc qu’elle était heureuse en mourant ?

    Bref en tout cas j’aime bien ta manière d’écrire donc Bravo.
    A+

    • Le 27 août 2014 à 22 h 11 min elenaxsalvatore a répondu avec... #

      Coucou, comme je t’ai répondu sur Booknode, « Mortelle discussion » est censée être une nouvelle à chute. Donc, normalement, pas de suite. Ça m’étonnerait d’ailleurs que j’en fasse une…
      En tout cas, je te remercie d’être passée sur mon blog et d’avoir lu ma nouvelle. C’est très sympa !
      J’espère que la nouvelle à venir « Ignorée », te plaira.
      Au plaisir de te revoir, et bonne continuation :)

Ajouter votre réponse

Dramafun |
sg-vidéos |
Français CAP et Bac Pro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Thevampirediaries11
| Toutelchager
| Film d'équitation ressent